Partagez

Vidéo de Valérie Bugault : « L’Etat français n’existe plus » , Le réveil des moutons
Transcript français ELO et Quadrillage Traduction

LRDM :
Salut à tous les camarades.
Aujourd’hui on a un entretien avec madame Valérie Bugault. Comment allez-vous madame Bugault ?

VALÉRIE BUGAULT:
Bonjour, je vous remercie de m’inviter. Je vais le mieux possible dans cette période extrêmement troublée.

LRDM:
Oui oui c’est sûr, on essaye un peu de se maintenir. C’est sûr que c’est quand même une période assez dingue qu’on est en train de
vivre et bien justement on va commencer

VALÉRIE BUGAULT:
C’est une période historique.

LRDM:
Oui c’est sûr c’est un tournant aussi historique qu’on vit, ça c’est sûr. Pour commencer on parle un peu de l’actualité folle, du régime tyrannique qui s’instaure en France. Comment vous, vous analysez un peu cette période ? Vous avez parlé d’une grande réinitialisation Davosienne, on peut en parler un peu ?

VALÉRIE BUGAULT :
Il y a deux choses. Il y a premièrement la grande réinitialisation initiée par ces élites économiques et financières qui ont pris le contrôle de nos pays dits développés, c’est à dire les pays qui relèvent grosso modo de l’Otan et puis il y a ce qui se passe en France plus précisément. Donc moi je vais peut-être commencer par ce qui se passe en France actuellement du point de vue constitutionnel, juridique et institutionnel.
Evidemment ce qui se passe en France s’inscrit dans le cadre plus large de ce qui se passe au niveau international vis-à-vis des objectifs de Davos et vis-à-vis d’une guerre de nature géopolitique entre l’empire maritime et l’empire continental. Il y a ces 3, comment dirais-je, 3 objectifs d’analyses qui sont un peu différents mais qui convergent sur beaucoup de choses.
Donc pour ce qui se passe en France, il se trouve que depuis le 16 mars 2020 c’est-à-dire depuis la date à laquelle Emmanuel Macron est intervenu dans les étranges lucarnes pour signifier que nous sommes en guerre, il s’est passé tout un tas de choses au niveau institutionnel dans notre pays.
La première chose qui s’est passée c’est que ce genre de déclarations venant d’un président de la république en place ne peut pas être anodine. La première chose qu’il faut mentionner sur cette déclaration c’est que certes c’est une déclaration de guerre mais c’est une déclaration de guerre atypique parce qu’elle ne mentionne aucun ennemi de type militaire. Or une guerre en général c’est de type militaire. Donc nous avons une déclaration de guerre et pas d’ennemi qui soit précisément mentionné, en tout cas désigné.
A la suite de cette déclaration de guerre, apparaît, votée en urgence avec les conditions d’urgence de la première loi d’urgence sanitaire. Cette loi génère … alors cette loi déjà est votée tout à fait en dehors de toute référence constitutionnelle, c’est à dire qu’aucun élément, aucun article de la constitution ne permet officiellement de créer ce genre de loi, donc elle se situe en dehors du cadre constitutionnel, donc elle est acconstitutionnelle et donc inconstitutionnelle. Cette loi génère en elle-même l’interdiction, enfin en tous cas l’impossibilité du fonctionnement normal des institutions puisque le parlement n’est plus mis en mesure de se réunir de façon satisfaisante dans des conditions normales. Donc dans le cadre constitutionnel l’article 16 peut être invoqué mais il est invoqué dans le cas où les institutions ne sont plus en mesure de se réunir de façon normale. Or là les institutions étaient en mesure de se réunir de façon normale mais ne le sont plus depuis le vote de la loi. Donc c’est vraiment, comment dirais-je, une curiosité historique dans nos institutions.

Deuxièmement suite à cette déclaration donc de guerre nous avons la création d’un comité scientifique qui est dirigé par Monsieur Delfraissy, dans lequel le professeur Raoult était également et duquel il s’est retiré assez rapidement en expliquant que ce n’était finalement pas un comité scientifique sérieux mais un comité des amis de monsieur Delfraissy.
Dans la suite des événements on apprend que monsieur Delfraissy en question est en contact via internet assez étroit avec un certain monsieur Fauci qui est dirigeant du CDC américain. Alors ce contact n’est pas seulement amical mais a une connotation politique évidente dans la mesure où ce conseil, ce comité scientifique français a de facto un rôle politique dans nos institutions.
Ce comité scientifique a été finalement créé sous l’impulsion du seul ministère de la santé et a proposé, a fait la proposition suivante selon laquelle il fallait créer un conseil de défense sanitaire. Donc ce comité scientifique dont l’assise juridique, légale, institutionnelle est extrêmement discutable parce qu’on pourrait, je ne dis pas que ça a été fait, ça n’a pas été fait, mais on pourrait éventuellement analyser les interactions entre Monsieur Delfraissy et Monsieur Fauci comme relevant d’une collusion d’intérêts avec un pays étranger, ça pourrait. Ça n’a pas été fait. Mais enfin cet angle d’analyse peut tenir la route.
Donc ce comité scientifique est extrêmement discutable dans sa composition et dont l’assise juridique est extrêmement étroite puisqu’il a été créé par le seul ministère de la santé, prend l’initiative de proposer un comité de défense sanitaire, un conseil de défense sanitaire qui de facto prend en main la politique, c’est à dire les décisions stratégiques françaises dans tous les domaines. Ce comité, ce conseil de défense sanitaire se réunit si j’ai bien compris le mardi matin et le conseil des ministres du lendemain c’est-à-dire du mercredi entérine les décisions du conseil de défense sanitaire de la veille.

Donc nous sommes à la fois de facto et de jure dans une suspension de nos institutions, les institutions françaises, à la fois du point de vue du droit interne et du point de vue du droit international, n’existent plus. Elles sont mises en suspension, elles ne sont plus valides au sens où elles ne fonctionnent plus. Donc ça veut dire deux choses. Ça veut dire qu’il devrait y avoir … déjà ça devrait être acté, tout le monde devrait comprendre ça.
Les institutions françaises donc l’état français n’existe plus, d’accord. Au niveau juridique, il est dans un état de vide juridique parce que rien ne le remplace officiellement, on n’a même pas acté sa disparition officielle mais officieusement, juridiquement il n’existe plus. Donc il y a une problématique de fond là-dessus, sur la notion d’état.
Par contre il y a quand même une équipe au pouvoir qui prend des décisions, qui les impose et qui les impose par la coercition, en particulier quand une loi est votée, tout l’appareil d’état est mis au service de l’application de cette loi, d’accord. Donc ça signifie que les fonctions régaliennes de l’état ont été détournées, c’est à dire que l’état qui n’existe plus au niveau juridique a été … on est dans le cadre absolument exclusif d’un abus de droit international public où un état n’existe plus mais les fonctions régaliennes ont été détournées au profit d’une instance qui dirige et dont on ne sait pas exactement, on n’a pas exactement identifié qui était derrière. Néanmoins on sait que quand on est en état de guerre, on est sous propagande de guerre. Et là, la propagande de guerre n’est pas franco française. Elle s’applique à tous les états européens, tous les pays de l’Otan de façon assez large donc ça veut dire qu’on peut en déduire assez logiquement que les instances qui ont pris le contrôle de la France ne sont pas des instances nationales. Vous comprenez ?

Donc au niveau international à partir du moment où l’état a disparu, l’état ancien, celui qui a signé les conventions internationales, signé la convention de tous les traités de l’Union Européenne par exemple, celui qui a signé l’adhésion à l’Otan, tous les autres traités, Schengen, tous types de traités, cet état-là n’existe plus donc est ce que les traités internationaux signés par cet état sont encore valides au point de vue du droit international ? la question doit à minima être posée.
Deuxièmement, en droit interne, le fait que l’état officiel, dans lequel les gens croient évoluer n’existe plus, supprime toute légitimité politique aux décisions prises par cet état, qui de facto n’existe plus.
Voilà donc ça c’est le constat. Je ne porte pas de jugement de valeur. J’établis un diagnostic juridique, d’accord ? Les français doivent connaître ce diagnostic parce que tous les français qui travaillent dans les services publics, en tout cas ce qu’il en reste, et en particulier dans les fonctions régaliennes sont de facto détournés de leur mission originaire, sont détournés de la fonction pour laquelle ils ont été créés et qu’ils pensent remplir.

LRDM:
Bien sûr

VALÉRIE BUGAULT:
Donc ça met en fait tous les fonctionnaires d’état et ça met au-delà des seuls fonctionnaires tous les français, face à une responsabilité individuelle et non plus collectif, puisque le collectif n’existe plus, de savoir dans quelle mesure il est bon d’obéir à des ordres alors que l’entité qui les donne est illégitime et détournée, que les fonctions initiales qu’ils doivent remplir a été détourné.

LRDM:
D’ailleurs c’est ce que vous avez fait un peu avec votre vidéo en appel aux forces de l’ordre.

VALÉRIE BUGAULT:
Exactement. Cet appel a été souvent travesti. La vérité c’est que je n’ai pas fait un appel du tout aux soulèvements des forces de l’ordre. J’ai fait un appel à la prise de conscience selon laquelle les fonctions régaliennes de l’état, mais au-delà des seules forces de l’ordre ça concerne tout le monde parce que ça concerne également les médecins, ça concerne en réalité tous les français, doivent être conscients que l’état dans lequel nous pensons vivre n’existe plus juridiquement parlant.
C’est exactement l’objectif sur lequel je voulais insister dans cet appel c’est à dire faire prendre conscience, que soient acté par tous les français et en particulier ceux qui remplissent des fonctions régaliennes le fait que leur fonction a été détournée de sa fonction initiale, que l’état n’existe plus et que nous sommes au service d’identités qui n’ont pas été nommément désignées. Même si on peut globalement comprendre d’où elles viennent, elles viennent de l’OMS, est celle viennent de Davos, elles viennent de tout ça mais elles n’ont pas été actées officiellement comme venant de ces milieux, d’accord. Voilà donc ça c’est vraiment très important à comprendre et c’est vraiment la substance de l’appel que j’avais fait et c’est également ce que j’ai écrit dans un article récent qui a été publié sur différents sites, en particulier le mien et qui est repris et qui sera encore repris par d’autres sites.
Donc ça c’est l’état juridique, constitutionnel, institutionnel de la France. Ça s’écrit L’AFrance donc c’est A privatif, la France n’existe plus.
Est-ce que ça répond à votre question ?

LRDM:
Oui. On voit qu’il y a quand même beaucoup de français qui durcissent un peu le ton. On voit les manifestations grandir, je vois dans mon public beaucoup de mères de familles qui s’inquiètent pour leurs enfants parce que les vaccins vont sans doute devenir obligatoires pour les très jeunes, six ans sûrement, voilà. Vous avez twitté aussi il n’y a pas longtemps que si on constatait en manifestation que des gens essaient de prendre d’assaut un bâtiment public, il fallait les arrêter parce que vous pensiez une attaque au faux drapeau. Est-ce que dans ces gens-là il n’y aurait pas aussi des gens un peu sincères et qui sont à bout eux aussi ?

VALÉRIE BUGAULT:
Alors ce que j’ai twitté c’est la suite de ce que je viens de vous expliquer, parce qu’à partir du moment où vous avez acté la disparition de l’état antérieur, on peut pas rester très longtemps dans cette situation de vide juridique, donc il va falloir acter la réalité d’un nouvel état. Et évidemment ceux qui sont en contrôle, qui tenaient déjà officieusement l’ancien état mais qui veulent passer à un contrôle officiel qui s’appelle le nouvel ordre mondial, vont instituer une nouvelle structure, d’accord, qui s’intègrera dans ce projet d’ensemble de nouvel ordre mondial, c’est à dire de gouvernement mondial. Et ce projet de gouvernement mondial est de nature éminemment dictatorial.
Il suffit de lire ce que Klaus Schwab en explique, il suffit de lire ce que tous ces gens qui sont à la tête de grosses multinationales et de, comment dirais-je, de comités, ou de think tank ou du type Davos, du type le club de Rome etc, expliquent depuis des années. Donc tout ça est officiel, il n’y a pas d’ambiguïté sur leurs projets, il n’y a pas d’ambiguïté sur la finalité de leur projet et il n’y a pas d’ambiguïté sur la transformation de notre état ancien en dictature nouvelle.
Toutes ces lois de plus en plus dingues parce que nous ne sommes plus en état de droit dans la mesure où le cadre constitutionnel n’est plus respecté, où les lois sont votées dans des conditions d’urgence tout à fait stupéfiante, où elles bafouent toutes les libertés publiques, les libertés et les droits fondamentaux les plus essentielles sur lesquelles sont fondées notre civilisation, d’accord.
À partir de ce moment-là, il ne faut pas s’étonner que les gens s’énervent, qu’ils aillent dans la rue, qu’ils les essayent de revendiquer un minimum de liberté des espaces publics politique parce qu’en réalité ces manifestations sont des manifestations politiques, d’accord. Ce ne sont pas des simples revendications sectorielles, ce sont des manifestations qui disent en arrière-plan : nous avons le droit de décider de notre avenir politique. Vous savez qu’à l’ONU, un des grands principes, enfin qui est acté par l’ONU, c’est la liberté, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes d’accord.
Donc en réalité toutes ces manifestations ne sont que la représentation physique du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, alors qu’ils ont compris, ou qu’ils ont l’intime conviction ou l’intuition selon les cas, que en réalité ils n’ont plus le pouvoir politique. Le pouvoir politique a été volé et qu’ils n’ont plus leur mot à dire, qu’ils ne sont finalement que des objets, des victimes.
Donc ces manifestations évidemment peuvent comprendre des gens qui sont excédés, mais les gens qui sont au pouvoir bien entendu pour instaurer un nouveau régime ont besoin d’une certaine légitimité vis-à-vis de l’international. Et les débordements de violence peuvent être l’élément tout à fait salvateur pour eux dans la mesure où ça leur permettra d’imposer un régime de type militaire ou militariste ou en tout cas autoritaire, très autoritaire et coercitif, sous le prétexte que l’ordre public n’est plus respecté.
C’est la raison pour laquelle j’ai twitté ça et que je dis : il y a une chose le fait d’acter que les populations ne sont plus en mesure d’assurer la politique chez eux, ne sont plus aux manettes de la politique dans leur pays qui n’existe plus de facto, en tout cas en termes institutionnels, et les débordements qui seront utilisés contre ces populations pour instaurer un ordre dictatorial par les gens qui sont déjà au pouvoir

LRDM:
C’est un peu comme quand Jacques Attali nous explique qu’il nous faut une révolution avant 2022

VALÉRIE BUGAULT:
Jacques Attali c’est un héro, c’est à dire que lui … héro au sens propre du terme ça s’écrit h-é-r-a-u-t, c’est à dire celui qui porte la voix, le message, d’accord ? Donc lui il porte le message, ce globalisme de ce gouvernement mondial depuis fort longtemps, mais il n’est pas parmi à mon avis, n’est pas parmi les décideurs. C’est un messager. Il ne faut pas confondre le messager et le décideur. Évidemment les deux sont liés, on est bien d’accord, parce que s’il n’y avait pas de décideur, il n’y aurait pas de messager. Et puis il y a la volonté personnelle etc, il y a tout un tas de choses qui entrent en jeu mais je dirais que focaliser toute l’attention sur jacques Attali c’est aussi idiot que de focaliser toute l’attention sur Emmanuel Macron parce que ces gens-là …

LRDM:
On est bien d’accord

Valérie Bugault;
D’accord, je veux insister beaucoup là dessus, je ne dénonce pas des individus, je dénonce un système qui est effectivement mis en oeuvre par des individus mais dans un anonymat parfait c’est à dire qu’on a du mal à identifier très clairement qui est aux commandes.

LRDM:
Bien sûr. Vous parlez des messages.

VB:
Comment? Je vous écoute.

LRDM:
Non, non je disais juste que ce n’était pas pour le nommer lui vraiment, c’était le message .On voit qu’ en fait que de la révolte, ils peuvent aussi en tirer des profits. C’est ce que vous dites.

VB:
Bien entendu, et c’est un c’est une façon pour eux tout à fait facile de retourner contre les populations leurs justes revendications politiques puisque leurs revendications politiques et actées en droit international sous le vocable « le droit des peuples à disposer d’eux mêmes » et que le désordre public justifiera l’instauration d’un régime autoritaire dans lequel le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est mis en suspens. Donc attention ! Je dis précisément attention. Je ne fais aucun appel au soulèvement, au contraire! Les gens doivent prendre leurs responsabilités mais ce sont des responsabilités qui sont de nature individuelle, personnelle et je dirais presque qui relève de la conscience de chacun. C’est tout.

LRDM:
Donc là, on voit que le grand le grand reset est un plan mondial. Chez nous , il y en a plusieurs qui parlent de changer de pays, tout ça, mais c’est mondial . Selon vous, quels pays résistent le mieux, selon ce qu’on peut voir.

VB:
Alors, je vais vous donner mon analyse. Mon analyse peut être contestable et peut-être contestée. Je ne prétends pas avoir la science infuse. Cependant, l’analyse que je fais est la suivante: les projets du Nouvel Ordre Mondial sont très anciens et sont mis en oeuvre sur des périodes de temps très longs, en particulier on parlait de l’agenda 2030. Dans cet agenda 2030, on constate une chose étonnante c’est qu’il s’est réduit l agenda 2022- 2021 donc tout s’est considérablement accéléré. La question qu’il faut se poser c’est pourquoi, pourquoi ces gens qui sont en contrôle intégral de tout ont-ils accéléré tout d’un coup leur projet en prenant le risque de se mettre les populations à dos qui étaient relativement docile jusqu’à présent ?
La réponse que je donne à cette question est une réponse de nature géopolitique. Ces gens qui sont l’origine du nouvel ordre mondial au départ avaient l’intention d’englober dans leurs projets tous les pays, tous les continents du monde. Or il se trouve que la Chine et dans une certaine mesure la Russie mais surtout la Chine a décidé de reprendre son destin de type impérial traditionnelle en main. C’est à dire de ne plus jouer selon les règles du jeu qui sont imposées par ce qu’ils identifient comme l’Occident. Donc nous avons en arrière-plan une guerre de nature civilisationnelle entre un empire maritime, commercial, qui s’est manifestée par l’ Empire britannique qui s’est transférée dans l’Empiré américain, qui aujourd’hui es en délicatesse sur le territoire américain lui-même, c’est-à-dire contestée de l’intérieur et contestée de l’extérieur parce que tout un pan géographique lui échappe, c’est à dire la Chine. La chine qui a décidé de jouer avec les règles du jeu de l’ennemi pour ensuite faire une prise de judo c’est à dire faire des arts martiaux, retourner la force de l’adversaire contre lui. Donc ils se sont émancipés des règles imposées par l’ Empire global apatrides de type commercial et maritime donc il y a en arrière-plan une guerre de type civilisationnel je ne répète entre d’une part une conception de domination maritime et une conception de domination dans l’instant qui semble moins virulente mais de domination de nature terrestre c’est à dire d’un côté ce sont les bois commercial marketing qui sont totalement contrôlés et qui sont sous hégémonie de certaines entités qui sont peu nombreuses et de l’autre côté eh bien ce sont les voies commerciales terrestres qui sont développés et qui ne sont pas encore pour l’instant elles sont en voie de développement elle n’existe pas complètement .Le fait d’être en voie de développement pose un problème stratégique majeur à l’ Empire des mers qui avaient assuré avait en tout cas assis sa domination sur le contrôle total des voies de commerce maritime donc c’est la raison pour laquelle j’estime que l’Ordre suivi par cette oligarchie apatrides de nature financière et commerciale a accéléré ses processus de mise en oeuvre parce qu’ils étaient contestés à la fois de l’intérieur et de l’extérieur. Donc ils ont été mis en difficulté. C’est la raison pour laquelle ils veulent resserrer leur emprise et resserrer leur emprise sur qui? Sur les éléments les plus faibles.
Ils peuvent aussi se rebeller, et en particulier, je pense aux pays d’Europe qui relèvent aujourd’hui de l’Union Européenne.

LRDM:
On parle un petit peu des banques. Il y en a beaucoup qui prévoient une grande faillite bancaire, un peu à la libanaise, voire pire. Qu’est ce que vous en pensez ? Vous pensez que ça peut tenir encore longtemps un système comme ça?

VB:
Non bien sûr que non . En fait, ce n’est pas la question de savoir s’il peut tenir ou pas, c’est la question de savoir jusqu’où ceux qui le tiennent veulent l’amener, c’est ça le sujet. On sait très bien que ces gens là veulent le détruire puisque justement tout l’objet du Grand Reset, la Grande Réinitialisation, bien expliqué sous toutes ses formes par Klaus Schwab qui dirige le club de Davos.
Ce grande réinitialisation comporte éminemment un volet bancaire et monétaire donc il s’agit de remettre à plat la monnaie et pour remettre à plat la monnaie il n’y a qu’une voie possible c’est remettre à plat les économies d’où l’explication de la démolition contrôlée de nos économies à laquelle nous assistons par l’intermédiaire de cette crise sanitaire. Evidemment, en détruisant les économies, on permet une réinitialisation monétaire et cette réinitialisation sera faite en faisant
la somme entre les actifs d’un côté, qui sont de plus en plus étroits puisque vous savez que notre gouvernement ce qui sert de gouvernement la France depuis de nombreuses décennies a entrepris de liquider le patrimoine français, donc les actifs d’un côté et les dettes de l’autre. Vous savez qu’une fois de plus, cette crise sanitaire a permis une envolée extraordinaire du niveau des dettes. Quand vous allez faire les actifs moins les dettes, vous allez comprendre ce qu’il reste aux français, sans compter que certains pays voudront certainement se faire payer des réparations de guerre je pense en particulier à la Syrie et à ses alliés qui voudront se faire payer des réparations de guerre par rapport aux « états » parce que ce sont plus des états politique comme je l’expliquais qui ont participé au financement ou à l’entraînement des mercenaires qui ont attaqué la Syrie et d’autres états comme cela . La question des dommages de guerre va se poser. A votre avis, quand on est dans une négociation, est ce que ce sont les états faibles qui peuvent revendiquer de ne pas payer de dommages de guerre ? Non! Ce sont les états faibles qui vont sur lesquels va porter toute cette réparation de guerre et pour ce qui est de l’Europe et de l’occident, pour sa responsabilité en termes de financement et de d’entraînement, les états faibles c’est la France, c’est
l’Italie, vous voyez, et en particulier la France parce que nous avons un ministre qui a revendiqué officiellement ,nous avions un ancien ministre des affaires étrangères qui publiquement, internationalement a revendiqué que al-Nosra et tous ses mercenaires faisaient du bon boulot. Al Qaida et al Nosra faisaient du bon boulot. Au niveau international, c’est un acte, c’est un acte politique, ce n’est pas comme de quelqu’un qui dit entre deux yeux avec des amis des bêtises. Ca n’a pas d’incidence politique , mais dans la mesure où ça vient d’un ministre des affaires étrangères qui parle de façon publique, les états qui sont en face l’entendent et donc feront payer d’une façon ou d’une autre à la structure politique qui portait ces ministres- là les dommages qu’ils ont correspondu à cette déclaration Donc je suppose que la France sera aux premières loges pour payer les réparations de guerre à un pays comme la Syrie donc nous avons déjà un endettement interne tout à fait phénoménal qui a été énormément aggravée par cette crise sanitaire et qui sera aggravé par des pénalités de type financière au niveau international . Donc je vous laisse deviner ce qui va se passer pour chacun des français. L’endettement, la suppression de tous les services publics, la suppression de l’état, c’est un constat, c’est objectif. C’est vertigineux. Les conséquences qui peuvent découler de tout ça sont vertigineuses, à la fois en terme individuel et en terme collectif. Donc, il est clair, d’une façon tout à fait certaine que l’avenir la France et des français est tout à fait préoccupant et nous sommes dans une urgence pas seulement sanitaire mais aussi politique et même existentielle qui n’a à mon avis pas existé dans l’histoire en tout cas pas dans l’histoire des 200 dernières années donc nous sommes dans une période historique et le problème essentiel pour moi réside dans le fait que les français, tous métiers confondus, ne sont pas conscients de ce processus et donc ils se défendent relativement mal face à un ennemi qu’ils identifient relativement mal. Mon travail à moi consiste à éclaircir le débat . C’est un peu pour ça que j’ai pris la chouette Athéna comme symbole sur mon site, la chouette voit dans le noir et c’est le seul animal qui, dans l’obscurité, est capable de déceler la vérité et c’est ça l’objet de mon travail.

LRDM:

Très bien. Pour ceux qui apprécient votre travail et puis même pour ceux qui regarderont cette vidéo, quels conseils donneriez-vous à ceux qui nous regardent pour affronter au mieux ce monde de dingues?

VB:
Alors je suis assez mal à l’aise pour donner des conseils parce que les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

LRDM:
C’est vrai .

VB:
Dans cette situation de chaos intégral et de rupture d’état de droit, d’état de droit non seulement interne mais aussi institutionnelle, il est difficile de donner des conseils. Je fais des propositions qui sont structurées, qui sont réfléchies, qui sont assises sur des fondements historiques institutionnel set politiques très sérieux de réformes des institutions que les français pourraient décider de mettre en place. Mais je ne suis pas à moi toute seule l »es français », c’est à dire que si les gens ne veulent pas, ça ne se fera pas, mais il faut savoir que les les dirigeants que nous avons en face, eux ont déjà des projets donc si vous ne mettez pas en oeuvre. Nous avons une ouverture, nous avons une ouverture : un rare moment de l’histoire. Nous sommes un grave moment d’histoire nous avons une ouverture. On peut profiter du fait que l’ennemi anéantit le passé pour imposer un nouveau système qui soit favorable aux populations qui puisse à nouveau être qualifié de politique, où nous ne faisons pas ça et eux nous imposent l’avenir qu’ils ont fomenté pour nous et qui est un avenir de dictature et de suppression du libre arbitre ,c’est à dire que en réalité il y aura plus d’humanité. On sera tous réduits à l’état de zombie, on n’aura plus la capacité de décision, les capacités de décision seront intégralement dans leurs mains à eux c’est à dire que ils ne donneront plus de quoi subsister si on ne fait pas dans telle direction, on ne va pas dans telle ou telle décision, donc l’avenir en réalité est beaucoup plus grave qu’un avenir politique ,c’est l’avenir de l’humanité. Est ce que les les humains vont continuer à avoir un libre arbitre ou est-ce que c’en est terminé, les enjeux sont ceux-là sans compter les enjeux de dépopulation dont j’ai déjà abondamment parlé par ailleurs, et que eux-mêmes ne se privent pas d’aborder. Il suffit de reprendre les discours de Bill Gates depuis des décennies et des décennies. Il suffit de lire les travaux du club de Rome, il s’agit il s’agit aussi des Georgia Guidestone puisque c’est quand même écrit noir sur blanc. Et puis aussi de lire les travaux de Klaus Schwab pour comprendre que un des enjeux pour eux de contrôle intégral des populations passe par une réduction assez drastique de la population mondiale, donc à la réduction de la population va avec le rôle intégral, donc ce qu’ils ont prévu pour nous c’était ça . Moi je propose un autre chemin, mais il ne dépend pas de moi de le mettre en oeuvre.

LRDM:
C’est bizarre que c’est toujours ceux qui parlent de dépopulation mondiale qui veulent nous sauver la vie. C’est vrai que c’est bizarre tout ça.

VB:
Oui, Bill Gates est obsédé par la surpopulation mondiale et la dépopulation et effectivement c’est lui qui prétend vouloir ….donc c’est totalement incohérent. Si les français résonnaient deux minutes, ils comprendraient tout de suite qu’ il ya une incohérence dans le discours public de ces gens là. Soit ils sont pour sauver les gens, soit ils sont pour dépopuler. Ils ne peuvent pas être dans les deux camps en même temps, c’est évident.

LRDM:

Avant de terminer, si vous avez trois conseils de lecture pour aider les français à comprendre un peu mieux ce qui se joue, on est preneur.

VB:
Mes conseils de lecture je vais prêcher pour ma chapelle c’est à dire que je conseille très très sérieusement de lire » les raisons cachées du Nouvel Ordre Mondial », un livre que j’ai sorti il y a peu de temps.
« Demain, dès l’aube, le renouveau » est aussi un livre que j’ai sorti et qui explique la facette plutôt géopolitique des enjeux actuels mais sous l’angle juridique. E puis , pour le reste il y a tellement de livres intéressants que je ne saurais pas faire de recommandations parce que en réalité sur tous les continents il y a des livres à la fois d’ alerte qui sont passionnants, et il y en a tellement que je ne peux pas les nommer en fait, il y en a trop. Donc ça passe par Antony Sutton, Annie Lacroix-Riz, les auteurs que vous mentionniez tout à l’heure mais il faut toujours considérer les choses de façon globale est effectivement lire prend du temps et mais ça permet de se faire une idée personnelle. Pour ça, il faut avoir du temps devant nous et aujourd’hui il est vrai que normalement la petite difficulté c’est que nous n’avons pas beaucoup de temps parce que l’horloge tourne et que chacun répond à son agenda de son côté que les gens qui sont aux commandes ou manette ont un agenda et suivre cet agenda et sont relativement pressé de mettre en mouvement. Je ne sais pas si j’ai répondu à votre question.

LRDM
Soyons un peu leur caillou dans leurs chaussures et puis voilà .

VB:
Cela passe par une prise de conscience, par une personnalisation individuelle des enjeux qui sont à la fois des enjeux individuels et des enjeux collectifs et ça on peut pas aller plus vite que la musique il faut que tous les français prennent conscience de cela en réalité. Rien ne pourra se faire si les enjeux et si les forces en présence ne sont pas clairement identifiés.

LRDM:
En tout cas merci à vous d’avoir accepté cet entretien.

VB:
Je vous remercie.
C’est plutôt vous que je dois remercier pour m’avoir invitée.

LRDM:
Merci à vous et on se dira bientôt

VB:
Parfaitement au revoir


Valérie BUGAULT: « The french state doesn’t exist anymore » , Le Réveil Des Moutons

Translation by Elo and Quadrillage Traduction

LRDM:
Hello everyone.
Today we are doing an interview with Mrs. Valérie Bugault. How are you Mrs. Bugault?

VALÉRIE BUGAULT.
Hello, thank you for inviting me. I am doing as well as possible in these extremely troubled times.

LRDM:
Yes, yes, of course, we’re trying to keep going. It’s true that we’re going through a rather crazy period. So let’s start.

VALÉRIE BUGAULT :
It’s a historic period.

LRDM:
Yes, it’s a historical turning point, that’s for sure. To begin with, we’ll talk a little about the crazy news, the tyrannical regime that is being established in France. How do you analyse this period? You talked about a great Davos reset, can we talk about it a little?

VALÉRIE BUGAULT:
There are two things. First, there is the great reset initiated by these economic and financial elites who have taken control of our so-called developed countries, that is to say, the countries that are roughly under NATO, and then there is what is happening in France more precisely. So I will perhaps start with what is happening in France at the moment from the constitutional, legal and institutional point of view.
Obviously, what is happening in France is part of the broader framework of what is happening at the international level with respect to the objectives of Davos and with respect to a geopolitical war between the maritime empire and the continental empire. There are these 3, how shall I say, 3 objectives of analysis which are a little different but which converge on many levels.
For what is happening in France, it turns out that since March 16, 2020, since the date on which Emmanuel Macron intervened on national TV to say that we are at war, a whole bunch of things have happened at the institutional level in our country.

The first thing that happened is that this kind of statement coming from a sitting president of the republic cannot be trivial. The first thing to mention about this declaration is that it is certainly a declaration of war, but it is an atypical declaration of war because it does not mention any military enemy. Now, a war in general is of a military type. So we have a declaration of war and no enemy that is precisely mentioned, or at least designated.

Following this declaration of war, the first health emergency law appears, voted in emergency with the conditions of emergency. This law generates… this law is already voted completely outside of any constitutional reference, that is to say that no element, no article of the constitution officially allows to create this kind of law, therefore it is outside of the constitutional framework, therefore it is not constitutional, so unconstitutional. This law generates in itself the prohibition, or at least the impossibility of the normal functioning of the institutions since the parliament is no longer able to meet in a satisfactory way under normal conditions. Thus, in the constitutional framework, Article 16 can be invoked, but it is invoked when the institutions are no longer able to meet in a normal way. In this case, the institutions were able to meet in a normal way but have not been able to do so since the vote of the law. So this is really, how shall I say, a historical curiosity in our institutions.

Secondly, following this declaration of war, we have the creation of a scientific committee directed by Mr. Delfraissy, in which Professor Raoult was also a member, and from which he withdrew quite quickly, explaining that it was not a serious scientific committee but a committee of Mr. Delfraissy’s friends.
In the following events, we learn that Mr. Delfraissy in question is in close contact via the Internet with a certain Mr. Fauci who is the head of the American CDC. So this contact is not only friendly but has an obvious political connotation insofar as this council, this French scientific committee has de facto a political role in our institutions.
This scientific committee was finally created at the instigation of the Ministry of Health alone and proposed, made the following proposal that a health defence council should be created. So this scientific committee, whose legal and institutional basis is highly questionable, could be analysed, I am not saying that it was done, it was not done, but the interactions between Mr. Delfraissy and Mr. Fauci could be analysed as collusion of interests with a foreign country, it could. It has not been done. But in the end, this angle of analysis could be valid.
So this scientific committee, whose composition is extremely debatable and whose legal basis is extremely narrow since it was created by the Ministry of Health alone, takes the initiative of proposing a health defence committee, a health defence council that de facto takes charge of the policy, that is to say the French strategic decisions in all fields. This committee, this health defense council, meets on Tuesday morning, if I have understood correctly, and the Cabinet of Ministers the following day, that is to say Wednesday, ratifies the decisions of the health defense council of the previous day.

So we are both de facto and de jure in a suspension of our institutions, the French institutions (both from the point of view of domestic law and from the point of view of international law) no longer exist. They are suspended, they are no longer valid in the sense that they no longer function. So this means two things. It means that there should be … it should already be acted upon, everyone should understand that.
The French institutions, so the French state no longer exists, okay. At the legal level, it is in a state of legal vacuum because nothing replaces it officially, we have not even recorded its official disappearance but unofficially, legally it does not exist anymore. So there is a fundamental problem on this, on the notion of state.
On the other hand, there is still a team in power that makes decisions, that imposes them and that imposes them by coercion, in particular when a law is voted, the whole state apparatus is put at the service of the application of this law, ok. So this means that the regalian functions of the state have been diverted, that the state that no longer exists at the legal level has been … we are in the absolutely exclusive framework of an abuse of international public law where a state no longer exists but the regalian functions have been diverted to the benefit of an authority that runs and of which we do not know exactly, we have not exactly identified who was behind.
Nevertheless, we know that when we are in a state of war, we are under war propaganda. And there, the propaganda of war is not Franco-French. It applies to all the European states, all the NATO countries in a rather broad way, so that means that we can logically deduce that the authorities that took control of France are not national authorities. Do you understand?

So at the international level, from the moment when the state has disappeared, the old state, the one that signed the international conventions, signed the convention of all the treaties of the European Union for example, the one that signed the adhesion to NATO, all the other treaties, Schengen, all types of treaties, this state no longer exists, so are the international treaties signed by this state still valid from the point of view of international law? the question must at least be asked.
Secondly, in domestic law, the fact that the official state (in which people believe they live in) no longer exists, removes all political legitimacy from the decisions taken by that state, which de facto no longer exists.

So that’s the observation. I am not making any judgement. I am making a legal diagnosis, okay? The French people must know this diagnosis because all the French people who work in the public services, at least what is left of them, and in particular in the regalian functions, are de facto diverted from their original mission, are diverted from the function for which they were created and which they think they fulfil.

LRDM:
Of course.

VALÉRIE BUGAULT :
So it puts in fact all the civil servants of the state and above all civil servants all the French people, in front of an individual responsibility and not collective, since the collective does not exist anymore, to know in which measure it is good to obey orders whereas the entity which gives them is illegitimate and diverted, that the initial functions which they must fill was diverted.

LRDM:
This is what you did a little bit with your video calling on the police forces.

VALÉRIE BUGAULT:
Exactly. This appeal has often been misrepresented. The truth is that I didn’t make a call at all for law enforcement uprisings. I made a call to the awareness that the regalian functions of the state, but beyond the only forces of order, it concerns everyone because it also concerns the doctors, it concerns in reality all the French, they must be conscious that the state in which we think we live in does not exist anymore legally speaking.
This is exactly the objective that I wanted to insist on in this appeal, to make all the French people, and in particular those who fulfil regal functions, aware of the fact that their function has been diverted from its initial function, that the state no longer exists and that we are at the service of identities that have not been named. Even if we can globally understand where they come from, they come from the WHO, they come from Davos, they come from all that but they have not been officially recorded as coming from these circles, okay. So this is really important to understand and this is the substance of the appeal that I made and this is also what I wrote in a recent article that was published on different sites, in particular my own, and which has been shared and will be shared again by other sites.
So this is the legal, constitutional, institutional state of “LA France”. It’s written l’AFrance, with an A as a negation prefix, as France no longer exists.
Does that answer your question?

LRDM:
Yes. We can see that there are many French people who are becoming a little more aggressive. We see the demonstrations growing, I see in my audience a lot of mothers who are worried about their children because vaccines will probably become mandatory for very young children, probably six years old. You also tweeted not long ago that if you ever saw in a demonstration some people trying to storm a public building, you should stop them because you think of a false flag attack. Wouldn’t these people also include people who are sincere and who are also at their wits’ end?

VALÉRIE BUGAULT :
So what I tweeted is the continuation of what I just explained to you, because from the moment when you acted upon the disappearance of the previous state (we can’t stay very long in this situation of legal vacuum) we will have to act the reality of a new state. And obviously those who are in control, who were already unofficially holding the old state but who want to move to an official control which is called the new world order, are going to institute a new structure, okay, which will be integrated in this overall project of new world order, which is a world government. And this project of world government is eminently dictatorial in nature.
You just have to read what Klaus Schwab explains, you just have to read what all these people who are at the head of big multinationals and of, how shall I put it, committees, or think tanks or the Davos type, the Club of Rome type etc, have been explaining for years. So all this is official, there is no ambiguity about their projects, there is no ambiguity about the finality of their project and there is no ambiguity about the transformation of our old state into a new dictatorship.

All these laws that are more and more insane because we are no longer in a state of law insofar as the constitutional framework is no longer respected, where the laws are voted in conditions of stupefying urgency, where they flout all the public liberties, the most essential fundamental liberties and rights on which our civilization is based, okay.
From that moment on, it is not surprising that people get angry, that they go to the streets, that they try to claim a minimum of freedom of the public political spaces because in reality these demonstrations are political demonstrations, okay. They are not simple sectorial demands; they are demonstrations that say in the background: we have the right to decide our political future. You know that at the UN, one of the great principles (well that is acted by the UN) is the freedom, the right of the people to decide for themselves, okay.
So in reality all these demonstrations are only the physical representation of the right of peoples to self-determination, while they have understood, or have the intimate conviction or intuition, depending on the case, that in reality they no longer have political power. The political power has been stolen and they no longer have a say, they are finally only objects, victims.
So these demonstrations can obviously include people who are fed up, but the people who are in power, of course, in order to establish a new regime, need a certain legitimacy vis-à-vis the international community. And violent outbursts can be a godsend for them as it will allow them to impose a military or militaristic or in any case authoritarian, very authoritarian and coercive type of regime, under the pretext that public order is no longer respected.
This is the reason why I tweeted this and why I say: it’s one thing that the populations are no longer able to ensure their own politics, no longer in control of politics in their country which no longer exists de facto, at least in institutional terms, but the outbursts that will be used against these populations to establish a dictatorial order by the people who are already in power is another thing.

LRDM:
It’s a bit like when Jacques Attali explains that we need a revolution before 2022 …

VALÉRIE BUGAULT :
Jacques Attali is a “héraut” ( « herald » in english) in the literal sense of the word, written h-é-r-a-u-t, that is to say the one who carries the voice, the message, OK? So he carries the message, this globalism of this world government for a very long time, but he is not, in my opinion, among the decision makers. He is a messenger. We must not confuse the messenger and the decision-maker. Obviously the two are linked, we agree, because if there were no decision-maker, there would be no messenger. And then there is the personal will and so on, there are a lot of things that come into play but I would say that focusing all the attention on Jacques Attali is as stupid as focusing all the attention on Emmanuel Macron because these people … we agree?

LRDM:
We agree

VALÉRIE BUGAULT:
All Right. Let me be clear. I don’t denounce individuals, I denounce a system that is indeed implemented by individuals but in a perfect anonymity, that is to say that it is difficult to identify very clearly who is in charge.

LRDM:
Of course. You are reading through the messages.

VALÉRIE BUGAULT:
Excuse me?…. I’m listening to you.

LRDM:
No, no I was just saying that it wasn’t to name him really, it was the message. We see that in fact they can also make profits from the revolts. That’s what you say.

VALÉRIE BUGAULT:
Of course, and it is a very easy way for them to turn against the people and their just political claims since their political claims are formalized in international law under the term « the right of people to self-determination » and that the public disorder will justify the establishment of an authoritarian regime in which the right of people to self-determination is put on hold. So beware! I say precisely: beware! I am not calling for an uprising, on the contrary! People must take their responsibilities, but these are responsibilities that are of an individual, personal nature and I would almost say that they are a matter for the conscience of each person. That is all.

LRDM:
So, we see that the big reset is a worldwide plan. In our country, there are many who talk about changing countries, but it is global. Which countries do you think are resisting better, according to what we can see?

VALÉRIE BUGAULT :
So, I’ll give you my analysis. My analysis may be questionable and may be challenged. I don’t claim to be a rocket scientist. However, my analysis is the following: the New World Order projects are very old and are implemented over very long periods of time, in particular we were talking about the 2030 agenda. In this 2030 agenda, we notice an astonishing thing: it has been reduced to the 2022-2021 agenda, so everything has accelerated considerably. The question we must ask ourselves is : why? Why have these people who are in full control of everything suddenly accelerated their project, taking the risk of alienating the populations who were relatively docile until now?
The answer I give to this question is a geopolitical one. These people who are at the origin of the New World Order had the intention to include in their projects all the countries, all the continents of the world. But it turns out that China and to some extent Russia, but especially China, has decided to take its traditional imperial destiny in hand. That is to say, to no longer play by the rules of the game that are imposed by what they identify as the West. So we have in the background a war of civilizational nature between a maritime, commercial Empire, which was manifested by the British Empire that was transferred to the American Empire, which today is in trouble on the American territory itself, that is to say, contested from within and contested from outside because a whole geographical area escapes from it, that is to say China. China has decided to play with the rules of the enemy’s game and then to use judo, i.e. martial arts, to turn the opponent’s strength against him. So they have emancipated themselves from the rules imposed by the global empire of the commercial and maritime type. So there is in the background a civilizational war, I repeat, between on the one hand a conception of maritime domination and a conception of domination in the moment which seems less virulent but of domination of a terrestrial nature, that is to say, on the one hand the commercial marketing woods are totally controlled and are under the hegemony of certain entities which are few in number, and on the other hand, well, the terrestrial commercial ways are developed and are not yet completely developed. The fact of being in the process of development poses a major strategic problem to the Empire of the seas which had ensured in any case sat its domination on the total control of the maritime trade routes so that is the reason why I estimate that the Order followed by this stateless oligarchy of financial and commercial nature accelerated its processes of implementation because they were challenged at the same time from the interior and the exterior. So they got into trouble. That’s why they want to tighten their grip and tighten their grip on whom? On the weaker elements.
They can also rebel, and in particular, I’m thinking of the countries in Europe that are now in the European Union.

LRDM:
We talk a little bit about the banks. Many people are predicting a big bank failure, a bit like in Lebanon, or even worse. What do you think? Do you think that a system like that can be maintained for much longer?

VALÉRIE BUGAULT ‘
No, of course not. In fact, it’s not a question of knowing whether it can hold or not, it’s a question of knowing how far those who hold it want to take it, that’s the subject. We know very well that these people want to destroy it, because that is the whole point of the Great Reset, the Great Reset, well explained in all its forms by Klaus Schwab who heads the Davos Club.
This Great Reset eminently includes a banking and monetary component, so it is a matter of resetting the currency and to reset the currency there is only one possible way, which is to reset the economies, hence the explanation of the controlled demolition of our economies that we are witnessing through this health crisis. Obviously, by destroying the economies, we allow a monetary reset and this reset will be done by making the sum between the assets on one side, which are getting smaller and smaller since you know that our government, which has served as the government of France for many decades, has undertaken to liquidate the French patrimony, therefore the assets on one side and the debts on the other. You know that once again, this health crisis has allowed an extraordinary surge in the level of debts. When you take the assets minus the debts, you will understand what the French have left, not to mention the fact that some countries will certainly want to be paid war reparations. I am thinking in particular of Syria and its allies, who will want to be paid war reparations in relation to the « states », because they are more political states, as I explained, that participated in the financing or training of the mercenaries who attacked Syria and other states like that. The question of war damages will arise. In your opinion, when we are in a negotiation, is it the weak states that can claim not to pay war damages? No! It is the weak states that will be responsible for all this war reparations and as far as Europe and the West are concerned, for its responsibility in terms of financing and training, the weak states are France, Italy, you see, and the United States.
Italy, you see, and in particular France because we have a minister who officially claimed, we had a former foreign minister who publicly, internationally claimed that al-Nosra and all its mercenaries were doing a good job. Al Qaeda and al-Nosra were doing a good job. At the international level, it is an act, it is a political act, it is not like someone who says something stupid between two eyes with friends. It has no political impact, but insofar as it comes from a foreign minister who speaks publicly, So I suppose that France will be in the front row to pay war reparations to a country like Syria, so we already have a phenomenal internal debt that has been enormously aggravated by this health crisis and that will be aggravated by financial penalties at the international level. So I let you guess what will happen for each French person. The indebtedness, the suppression of all public services, the suppression of the state, it is an observation, it is objective. It is dizzying. The consequences that can result from all this are dizzying, both in individual and collective terms. It is clear, therefore, that the future of France and of the French people is quite worrying and we are in an emergency, not only sanitary but also political and even existential, which in my opinion has not existed in history, at least not in the history of the last 200 years, so we are in a historical period and the essential problem for me lies in the fact that the French people, all professions included, are not aware of this process and therefore they defend themselves relatively badly against an enemy that they identify relatively badly. My job is to clarify the debate. That’s why I took the owl Athena as a symbol on my site, the owl sees in the dark and it’s the only animal which, in the darkness, is able to detect the truth and that’s the purpose of my work.

LRDM:
All right. For those who appreciate your work and then even for those who will watch this video, what advice would you give to those watching to best deal with this crazy world?

VALÉRIE BUGAULT :
So I’m pretty uncomfortable giving advice because the advisors are not the payers.

LRDM:
That’s true.

VALÉRIE BUGAULT :
In this situation of complete chaos and breakdown of the rule of law, not only internal but also institutional rule of law, it is difficult to give advice. I make proposals that are structured, that are thought out, that are based on very serious historical, institutional and political foundations of institutional reforms that the French people could decide to put in place. But I am not alone as a French, that is to say that if the people do not want, it will not be done, but it is necessary to know that the leaders that we have in front of us, they have already projects so if you do not implement…. We have an opening, we have an opening: a rare moment in history. We are a serious moment in history, we have an opening. We can take advantage of the fact that the enemy is wiping out the past to impose a new system that is favorable to the people that can again be called political, where we don’t do that and they impose on us the future that they have fomented for us and that is a future of dictatorship and suppression of free will, that is to say that in reality there will be no more humanity. We will all be reduced to the state of zombies, we will no longer have the capacity to make decisions, the decision-making capacities will be entirely in their hands, that is to say that they will no longer give us the means to survive if we do not move in such and such a direction, if we do not make such and such a decision, so the future in reality is much more serious than a political future, it is the future of humanity. Will humans continue to have a free will or is it over? The stakes are those, without counting the stakes of depopulation that I have already spoken about at length elsewhere, and that they themselves do not hesitate to address. You just have to go back to Bill Gates’ speeches for decades and decades. It is enough to read the works of the Club of Rome, it is also about the Georgia Guidestone since it is written in black and white. And then also to read the works of Klaus Schwab to understand that one of the stakes for them of integral control of the populations passes by a rather drastic reduction of the world population, therefore to the reduction of the population goes with the integral role, therefore what they planned for us it was that. I propose another way, but it does not depend on me to implement it.

LRDM:
It’s weird that it’s always those who talk about global depopulation who want to save our lives. It’s true that it’s weird.

VALÉRIE BUGAULT :
Yes, Bill Gates is obsessed by the world overpopulation and depopulation and indeed he is the one who claims to want …. so it is totally incoherent. If the French would listen for two minutes, they would immediately understand that there is an incoherence in the public discourse of these people. Either they are for saving people, or they are for depopulating. They can’t be in both camps at the same time, that’s obvious.

LRDM:
Before we finish, if you have three reading tips to help the French understand a little better what’s going on, we’d love to hear them.

VALÉRIE BUGAULT :
My reading tips, I’m going to preach for my chapel, that is to say that I advise very, very seriously to read « The hidden reasons of the New World Order », a book that I published a short time ago.
« Demain, dès l’aube, le renouveau » is also a book that I published and which explains the geopolitical aspect of the current issues but from a legal point of view. And then, for the rest, there are so many interesting books that I can’t make recommendations because in reality on all the continents there are books that are both alert and fascinating, and there are so many that I can’t name them in fact, there are too many. So it goes through Antony Sutton, Annie Lacroix-Riz, the authors that you mentioned earlier, but you always have to consider things in a global way, and indeed reading takes time, but it allows you to form a personal idea. For that, we need to have time in front of us and today it is true that normally the small difficulty is that we don’t have much time because the clock is ticking and everyone is responding to his agenda on his side that the people who are at the helm have an agenda and follow this agenda and are relatively in a hurry to set in motion. I don’t know if I answered your question.

LRDM:
Let’s be a little bit their pebble in their shoes and then there you go.

VALÉRIE BUGAULT :
This requires an awareness, an individual personalization of the stakes which are both individual and collective stakes, and we can’t go faster than the music, all the French people have to become aware of this. Nothing will be able to be done if the stakes and if the forces in presence are not clearly identified.

LRDM:
In any case, thank you for having accepted this interview.

VALÉRIE BUGAULT
I thank you.
I should thank you for inviting me.

LRDM:
Thank you and we’ll talk soon

VALÉRIE BUGAULT :
Perfectly goodbye