Aller au contenu

valeriebugault.fr

Article_BioTempo vignetet Avril 2022

Article pour le magazine Biotempo

La séquence politique Covid fut le coup d’envoi, organisé par la ploutocratie qui contrôle l’occident. Cette crise s’est développée dans l’ombre...

Partager cet article

TraduCTION

Luc Ruidant

journaliste

Télécharger l'extrait publié du magazine Biotempo

Version intégrale de l’article publié dans le magazine BioTempo! (réduit pour des raisons éditoriales)

1°) Comment analysez-vous la séquence Covid qui dure maintenant depuis plus de deux ans ?
A-t-elle changé la donne ?
Quel a été son impact sur la vie des gens ?
Qu’a-t-elle dévoilé par rapport à notre monde ?
Comment est-ce qu’elle changera notre monde ?
Précède-t-elle un effondrement économique et systémique ?
Le covid a-t-il modifié ou amplifié la corruption ?
Peut-on espérer des poursuites à l’encontre des gestionnaires de la crise Covid ?
Comment voyez-vous l’évolution du contexte Covid ?

VB : La séquence politique Covid fut le coup d’envoi, organisé par la ploutocratie qui contrôle l’occident, de la mise en œuvre de ce qu’ils appellent le NOM/NWO. Comme je l’explique de longue date, cet « ordre » n’est, à strictement parler, pas un « ordre » mais un désordre et il est loin d’être nouveau puisque ses racines remontent aux siècle dit des Lumières et à la Révolution industrielle, c’est-à-dire à l’émergence de la grande banque en tant que leader cachée derrière l’apparition politique de la bourgeoisie commerçante.

Cette crise sous forme sanitaire aux conséquences politiques et sociales graves et inédites dans l’histoire fut artificiellement déclenchée. Elle accompagne et amplifie l’effondrement systémique en cours aux niveaux politique, économique et social – notamment via le développement tout à fait inconséquent de la dette publique et de l’entrave volontaire à l’économie – souhaité par la ploutocratie afin d’officialiser son contrôle politique sans partage (c’est-à-dire sans contrepouvoir) sur le monde. Cette caste d’affairistes qui dominent les monnaies et le commerce maritime a en effet besoin de passer d’un contrôle politique, monétaire et juridique officieux à un contrôle officiel en créant un gouvernement mondial à son service. Néanmoins, ce projet a déjà échoué car une partie du monde – Chine et Russie en tête – a acquis la capacité et la volonté politique de s’opposer à cette hégémonie politique. Dans ce contexte, le risque majeur pour tous, est que les « globalistes » ne déclenchent une guerre nucléaire et biologique totale en pratiquant la politique de la Terre brûlée.

Il faut bien comprendre que cette domination sans partage de la caste des financiers, utilisant le commerce maritime et le pseudo « droit » commercial anglo-saxon, s’est développée dans l’ombre, en organisant son irresponsabilité juridique et politique ; son développement s’est réalisé par des pratiques de corruption systématique, rendue possible par le contrôle qu’elle avait sur les monnaies. C’est ainsi que cette caste a développé, partout dans le monde, un contre-modèle fondé sur :

  • Le cirque politique du pouvoir dit représentatif,
  • Une fallacieuse séparation des pouvoirs et
  • Un système centralisé de banques dites centrales organisées en réseau.

La corruption est irrémédiablement lié à ce type de régime. Notons qu’afin de couper court à toute contestation conceptuelle, cette caste à vocation hégémonique a pris soin de qualifier le régime ci-dessus décrit de « République » alors qu’en réalité une telle organisation politico-sociale ne doit RIEN à la « chose publique » (Res publica) et tout à la « chose privée » par l’accaparement des richesses et des pouvoirs dans les mains de quelques fournisseurs de crédit.

L’émergence politique du Covid n’a fait que mettre en lumière, rendre visible aux yeux de tous, cette triste réalité de l’accaparement et de l’hégémonie politique de la Haute finance au moyen d’un système de corruption systématique de toutes les instances dites « politiques » ; le personnel « politique » dans les pays soumis à cette caste ne sont en aucune façon des « hommes politiques » mais de simple VRP (voyageurs représentants placiers), mandataires des tenanciers du système économique global, détenu par les Grands banquiers internationaux qui en ont développé les règles.

Tant que cet « ordre », qui n’est en réalité qu’un « désordre » (je le rappelle), perdurera, aucune responsabilité juridique, pénale et politique officielle de cette mafia ordinaire (légalisée par elle-même) ne pourra voir de jour puisque ceux qui contrôlent de façon totalitaire les désormais « non-États » ont pris soin de définitivement verrouiller leur système de contrôle au moyen des institutions. Seuls des « procès » en forme d’instruction pénale publique, tel que le Grand Jury lancé par l’avocat allemand Reiner Fuellmich, pourront éventuellement voir le jour, mais les différents verdicts rendus ne pourront en aucun cas se prévaloir de la force publique pour être mis en œuvre.

2°) Vers quoi pensez-vous que nous allons ? La création d’un gouvernement mondial, prétentieusement désigné sous le vocable de « Nouvel Ordre Mondial » qui est loin d’être nouveau comme vous le dites depuis longtemps ? Le public va-t-il l’accepter ? Et maintenant, voilà que nous avons une nouvelle crise en Ukraine ? Est-ce qu’on peut établir des liens entre ces deux crises. Si oui, lesquels ? Par exemple réduire encore plus les libertés partout sur la planète ?

VB : Cette « crise » sanitaire a été précisément déclenchée par la mafia au pouvoir afin de nous faire changer de système et de nous faire entrer dans un gouvernement totalitaire via un contrôle numérique intégral des individus ; contrôle qui ne pourra voir le jour qu’après l’avènement d’une dépopulation massive. Cette crise radicale est préparée de très longue date par ce que l’on peut désigner du terme générique de « chambre de commerce internationale ».

S’agissant de dépopulation, il n’est pas anodin que les pouvoirs publics français aient abandonné, il y a déjà un bon moment, la notion de recensement ; cet abandon donne au pouvoir non-politique en place des marges de manœuvres dans le contrôle du narratif public lié à la démographie. Dans le même ordre d’idées, et d’une façon plus générale, l’épisode politique du Covid a permis de mettre en lumière un trafic des données et de statistiques de très grande ampleur. A tel point que dans un pays comme la France, on ne peut aujourd’hui réellement plus se fier à aucune informations statistiques – de quelque sorte qu’elles soient – tant ces dernières sont fondées sur des données sujettes à caution.

Si, la « crise » a pris la forme sanitaire elle concerne en réalité tous les pans de la vie privée et collective : l’économie, la monnaie, la politique et les particularités biologiques des individus, y compris leur ADN et leur libre arbitre, qui ne sera plus qu’un lointain souvenir si les projets de cette mafia hégémonique globaliste arrivent effectivement à être mis en œuvre.

Mais l’avenir n’est pas écrit, car il y une différence entre un projet et une réalité.

En particulier, il faut se souvenir que le terme « crise » signifie, dans la sagesse chinoise, à la fois danger et opportunité. L’aspect « danger » est clair et ne nécessite aucun commentaire, sauf à préciser que l’enjeu est la survie de l’humanité. Quant à « l’opportunité », il s’agit de celle –  quasi unique dans l’histoire – offerte aux populations de s’émanciper de leur domination par la caste, infiniment minoritaire, des grands argentiers de ce monde. En effet, la mise en lumière de la « mafia financière » au pouvoir, par la crise dite du Covid, suivie de la guerre en Ukraine, fragilise cette caste : pour la première fois de sa longue histoire de domination financière, les décideurs réels apparaissent au grand jour ; ils peuvent donc être désignés et mis en cause avant, peut-être un jour, d’être attraits en responsabilité juridique et politique ? La suite reste à écrire…

La contestation qui a commencé à se produire, dans les pays soumis à cette mafia globaliste, par de véritables élites indépendantes (rares mais talentueuses et motivées car conscientes des enjeux), est un signe précurseur qui montre que les projets globalistes ne pourront être mis en œuvre que par le recours à la force, ce qui est, pour eux, le plus sûr gage d’échec à moyen terme.

Initialement, les projets globalistes étaient de mettre en œuvre l’ultime asservissement des population par le recours à la « servitude volontaire », des victimes, on parlait alors d’agenda 2030, voir 2050. Néanmoins, la méthode « douce »  (en référence au soft power cher aux anglo-saxons) de la forçage du consentement des victimes n’a pas pu être suivi car la mafia au pouvoir a dû accélérer son agenda, en raison du fait que la Chine, et la Russie à sa suite (parfaitement illustré par la récente volte-face militaire Russe en Ukraine – après des décennies d’humiliation politique, diplomatique, économique et sociale -, qui en est le dernier avatar), ont échappé à leur emprise.

Toutefois, il convient de rester lucide : dans les pays occidentaux soumis à la haute finance – et plus largement dans tous les territoires qui subissent le joug de la force militaire de l’OTAN et de l’armée américaine, bras armé des grands argentiers -, le combat pour l’émancipation des populations, s’il a lieu, sera rude et de longue durée. Il faut en effet considérer que les « globalistes » et les VRP, qu’ils ont installé aux manettes politiques, se défendront par tous les moyens, y compris les plus vils : ces derniers ne reculeront devant aucun moyen de dépopulation – guerre sous toutes ses formes (bactériologique, nucléaire…) -, ce qui concourra au surplus à la réalisation de leur objectif ultime.

Cette caste financière est prête, de longue date (son agenda officiel de dépopulation, très ancien, est apparu au grand jour à l’occasion de la sortie, en 1972, du Rapport Meadows rédigé dans le cadre du Club de Rome ), à sacrifier une très grande partie de la population mondiale pour aboutir à son objectif de contrôle intégral des survivants. Elle semble bien décidée à sacrifier jusqu’à ses pions les plus dociles, comme on le voit avec les derniers rebondissements en Ukraine.

3°) À propos de réseau mondial, que pensez-vous de cette histoire de labos de recherche en Ukraine ? Il semble que l’on retrouve un certain nombre d’acteurs identiques à ceux de la Covid dans ce partenariat avec l’Ukraine pour les ‘programmes de réduction de la menace biologique ?

VB : Effectivement, il semble que les laboratoires de recherche bio-bactériologiques à vocation militaire (la recherche en biologie et en bio-bactériologie est ici utilisée consciemment et à dessein comme arme de guerre contre l’humanité, contre le vivant) ont été financé par les mêmes acteurs que ceux qui sont à l’origine du Covid (arme bactériologique, rappelons-le, créée dans un ou plusieurs laboratoires du même type).

Derrière ces organismes se profilent la DARPA, ainsi que tout l’appareil de l’État profond américain mené par les pourvoyeurs de capitaux[1] ; lesquels pourvoyeurs de fonds sont à leur tour soutenus par les Grands banquiers organisateurs, ceux qui sont à l’origine de la City of London et qui ont un contrôle hégémonique sur tous les acteurs économiques, quel que soit leur degré d’anonymat. Je rappelle que ce sont précisément ces grands banquiers qui sont à l’origine de la création de toutes les structures juridiques transnationales anonymes à vocation politique, œuvrant dans le domaine économique. Les paradis fiscaux en réseau sont leur arme de prédilection.

[1] Lire à cet égard : https://strategika.fr/2022/03/15/laboratoires-biologiques-americains-en-ukraine-un-danger-pour-toute-leurope/ ; https://www.apar.tv/societe/le-programme-darmes-biologiques-du-pentagone-na-jamais-pris-fin/ ; https://www.francesoir.fr/politique-monde/les-etats-unis-confirment-lexistence-de-laboratoires-biologiques-en-Ukraine ; https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/arme-dans-un-tube-a-essai-comment-229318 ; https://france.mid.ru/upload/iblock/ce4/xozsh2m3eq163tlrz2o8v15s2yd6vgap.pdf

4°) Vous avez dit que l’idée de la démocratie a cédé le pas au pouvoir universel. Pourriez-vous expliquer cela ? Vous parlez aussi d’une imposture à propos de la réalité politique dans laquelle les gens croyaient vivre. Quel est le rôle des médias et de la propagande ? Le public est-il constamment manipulé, contrôlé par la peur ?
Quelle est l’origine historique du « désordre mondial » que vous évoquez dans un de vos ouvrages ? Vous parlez de la caste des banquiers commerçants et du nomadisme du capitalisme qui relève d’un fonctionnement sociétal particulier axé autour de la pure prédation dans laquelle les prédateurs extrêmement minoritaires d’un point de vue quantitatif ne participent en aucune façon du développement collectif. Pourriez-vous en dire davantage ?

VB : J’ai expliqué, de longue date, que nos systèmes politiques fondés sur le parlementarisme représentatif, c’est-à-dire sur la suprématie des partis politiques, sur la fausse séparation des pouvoirs (dont, de façon pathétique, les juristes se gargarisent comme étant la quintessence de la démocratie !) et sur le système des banques centrales étaient en réalité une pure IMPOSTURE.

Ce système n’est pas politique en ce qu’il donne réellement les manettes du pouvoir à ceux qui fournissent l’argent et les capitaux, c’est-à-dire aux banquiers-commerçants qui ont pris le contrôle de nos États. Lesdits États ne sont plus « politiques » au sens propre du terme car ils n’ont plus pour vocation d’organiser la « vie de la Cité » mais de corrompre, de mettre en scène des hommes de paille, afin de donner le contrôle de la force publique et du pouvoir – en ayant bien pris soin de liquider tout contre-pouvoir effectif – aux pourvoyeurs de capitaux, lesquels sont parfaitement et par construction « transnationaux » ou « apatrides ».

Je précise encore que la mise en scène politique a inclus l’existence d’apparents contrepouvoirs (Conseil d’État, Cours de justice, Cours constitutionnelles…), ces derniers n’étant que de façade puisque contrôlés à 100% par le pouvoir dit exécutif, ce qui a permis d’endormir les populations qui se sont crues en réel contrôle du phénomène politique. Ce subterfuge revient, pour la ploutocratie à la manœuvre, à avoir donné un « volant libre » à un enfant – représenté par les populations naïves – en lui expliquant qu’il pouvait ainsi conduire la voiture… L’aspect le plus dérangeant du procédé est que les populations ont massivement cru à ce grossier subterfuge pendant plusieurs siècles…

Ce système a-politique, prétendument démocratique et républicain, qui a été mis en place en France à la faveur de la Révolution de 1789, a permis de donner aux pourvoyeurs de capitaux le contrôle de la législation. Nous avons en conséquence glissé d’un véritable système de droit qui s’applique à tous et qui tend à établir la vérité et la justice (représenté par l’ancien système dit « de droit continental »), à un système juridique au service exclusif des puissances d’argent, sur le modèle du droit maritime et commercial anglo-saxon.

En conséquence, il ne faut pas s’étonner que le système économique se soit déployé dans la mesure exacte des besoins de captation des richesses et du pouvoir par la caste financière qui contrôlait les monnaies. Ainsi, le système dit capitaliste d’origine hollando-britannique – caricature de l’utilisation du capital en tant qu’arme de prédation ultime – a déployé ses méfaits dans tous les domaines de la vie.

Vous comprendrez que le domaine de l’information ne fait pas exception à ce principe général : il a été capté, comme tous les autres domaines de la vie collective, au profit de ceux qui le finance. Le contrôle du domaine médiatique est particulièrement recherché par l’oligarchie aux commandes en raison du contrôle de l’opinion publique qu’il permet au moyen de la diffusion généralisée d’informations difficilement vérifiables par chaque personne individuellement. Pour cette raison, les ploutocrates achètent et développent tous les médias disponibles sur le marché (presse écrite, radio ou média audiovisuel, dominants et alternatifs), qu’ils soient ou non rentables. La question de la rentabilité ne se pose pas pour ces actionnaires puisqu’ils contrôlent, via leurs VRP qui dirigent les pseudos « États », l’affectation des ressources publiques, c’est-à-dire des ressources émanant du con-tribuable. La mafia ploutocratique est donc définitivement assurée, sans aucune contrepartie de sa part, de compenser largement toute perte d’exploitation par des subventions publiques.

Par ailleurs, vous avez raison de le souligner l’utilisation systématique de la peur par les médias aux ordres. Cette peur relève de la diffusion d’informations toxiques, systématiquement orientées vers les catastrophes publiques ou privées, de mensonges statistiques alarmistes, de fausses informations (dites scientifiques, chiffrées ou autres) et de prévisions systématiquement catastrophiques. La puissante toxicité de ces informations vient du fait qu’elles sont diffusées partout massivement, ce qui permet de transformer, dans l’inconscient collectif, des mensonges avérés en dogmes acceptés.

Il est très difficile pour un individu clairvoyant de contester des « croyances », aussi ineptes soient-elles, infusées massivement auprès d’un public naturellement réceptif à une propagande diffusée quotidiennement (matin, midi et soir) par tous moyens, écrit, oral et vidéo (avec éventuellement de fausses images à l’appui).

Par ailleurs, la « peur », abondamment diffusée par les médias, a toujours été un puissant moyen de contrôler les individus car, d’un point de vue cognitif, elle a pour effet d’inhiber le cerveau rationnel de ceux qui la reçoivent et de suractiver leur partie du cerveau liée aux émotions, empêchant l’esprit critique de se déployer.

https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/arme-dans-un-tube-a-essai-comment-229318 ; https://france.mid.ru/upload/iblock/ce4/xozsh2m3eq163tlrz2o8v15s2yd6vgap.pdf

5°) Quelles sont les solutions ? Avez-vous un projet alternatif pour contrer l’oligarchie et la puissance des technologies de surveillance et de contrôle ?
Votre théorie unifiée des entreprises, en quoi consiste-t-elle ? Révolu Droit ? Comment s’opposer utilement à l’accaparement dans tous les aspects de la vie collective (économique, monétaire, politique, juridique et militaire) auquel nous faisons face ? Comment s’y prendre pour que les entreprises puissent échapper aux griffes des banques ? Existe-t-il une issue politique et quelle forme pourrait-elle prendre selon vous ?

La crise « sanitaire » n’est-t-elle pas l’occasion d’un « grand reset citoyen » monétaire, politique et sociétal pour refaire civilisation ? L’Union Européenne peut-elle jouer un rôle ?
Pensez-vous qu’il faille reconstruire un système monétaire ? Les cryptomonnaies comme le Bitcoin sont-elles des alternatives crédibles ?

VB : Après avoir fait un état des lieux sans concession de notre situation globale aux niveaux politique, juridique, économique et social, j’ai en effet été en mesure de proposer une solution conceptuelle à la soumission actuelle au « désordre » initié par les tenanciers du système monétaro-financier. Cette solution est un réel changement de paradigme en ce qu’elle permettra de « refaire société », c’est-à-dire de renouer avec le concept de civilisation, et de casser le cercle vicieux de la déresponsabilisation du « personnel en charge », c’est-à-dire des individus chargés d’une mission publique au sens large du terme. Révoludroit permet de rendre à chaque habitant d’un territoire déterminé une parcelle du pouvoir politique qui lui a été volé en remettant chaque individu au cœur du développement de sa vie privée et de la vie publique.

Cela passe non seulement par une rénovation de la structure étatique mais également par une reprise en main politique des concepts de droit et de règlementation. Ainsi, dans mon nouveau modèle, le droit positif redevient soumis aux règles du droit naturel. Le droit positif redevient également un « droit commun » de nature civile (disparition de tous les droits d’exception, notamment le droit commercial, le droit social, le droit administratif…) qui s’impose à tous. L’organisation de l’activité humaine réintègre le droit commun civil sous la forme de l’instauration d’un modèle unique d’entreprise fondé sur la codécision des apporteurs de travail et des apporteurs de capitaux (personnalité professionnelle).

Cela passe également par la réinitialisation du « fait monétaire » dans le sens, qui aurait dû rester le sien, d’un service public destiné à tous les habitants et soumis aux besoins exclusif du développement de la Société, en tant qu’organe politique. La monnaie peut circuler soit de manière matérielle soit de façon dématérialisée mais elle doit toujours rester au service des ressortissants de l’État sans distinction. La question des cryptomonnaies concerne la façon dont la monnaie circule, elle est et reste un moyen de circulation monétaire. Ce moyen peut être utilisé à condition de remplir tous les fondamentaux qu’une monnaie requiert, en particulier, à condition de ne pas être un outil de spéculation. Une cryptomonnaie doit avoir pour fondement et justification l’activité humaine et non des postulats plus ou moins fumeux élaborés en « hors sol » par rapport au développement de la Société politique.

Enfin, il est évident que les actuelles instances européennes, conçues ab initio comme une arme politique au service exclusif des puissances financières dominantes, ne saurait en aucune façon faire partie du monde politique renouvelé ; pas plus que l’OTAN, bras armé de l’oligarchie transnationale, ne saurait en faire partie.

6°) Avez-vous bon espoir que l’on puisse revenir à une société plus juste et harmonieuse ? Y a-t-il un dernier message que vous souhaitez partager ?

VB : Il y a toujours de l’espoir mais les individus doivent prendre conscience que l’espoir ne viendra que de leurs propres actions, lesquelles impulseront – ou non – une nouvelle dynamique sociétale et civilisationnelle.

Il ne saurait être question de réinventer les règles qui permettent le développement collectif et l’édification d’une civilisation. En ce domaine, nous ne pouvons que réinventer la roue car tout à déjà été expérimenté par l’humanité. Il suffit d’en connaître les grandes règles et de les respecter. A titre d’exemple de ces règles :

  • Le pouvoir ne doit jamais être décorrélé de la responsabilité ;
  • Les droits sont assortis de devoirs ;
  • Les pouvoirs doivent toujours s’accompagner de contrepouvoirs ;
  • L’édiction des règles de droit positif doit être rare et chaque règles doit être riche en capacité d’application ; rappelons que le droit relève d’une construction ;
  • Le commerce est un moyen de développer la Société politique et non le but exclusif de ladite Société ;
  • Le droit positif doit être le même pour tous ; il est guidé par le droit naturel ;
  • Le droit naturel est révélé par l’expérience humaine et par le niveau des connaissances disponibles dans une Société à un moment donné ; il est indépendant du caprice politique et a justement pour mission d’empêcher l’arbitraire normatif ;
  • Les règles du droit positif doivent permettre l’établissement d’une Société politique en garantissant la capacité du « vivre ensemble » ;
  • La monnaie est un concept comptable au service de tous ;
  • Les personnes en charge doivent toujours être contrôlées ;
  • Un chef est un arbitre des intérêts privés protecteur de l’intérêt public…

Si les individus acceptent à nouveau de respecter ces quelques principes légués par l’expérience de la longue histoire humaine, s’ils acceptent de redevenir acteurs de l’évolution de la Société politique, tous les espoirs sont permis.

Si, en revanche, la paresse intellectuelle, la sidération mentale et le rejet du réel continuent de gouverner les foules, il faut alors d’ores et déjà abandonner tout espoir de revenir à une Société plus juste et harmonieuse, comme tout espoir de survie pour l’humanité.

Mon mot de la fin sera le suivant : je souhaite à tous d’être courageux, ancrés dans le réel et combatifs face à l’empire du mensonge qui se dresse chaque jour devant chacun de nous. Ces qualités sont la condition du succès de l’émancipation des populations ; elles sont aussi la condition de la pérennité de la vie sur Terre.